Le lait va-t-il à nouveau bouillir ?

La crainte d'une nouvelle crise du lait accélérant la restructuration et la concentration de la production s'alimente à plusieurs sources. La source européenne en premier lieu. Depuis la décision d'en finir avec la régulation par les quotas en 2015, la filière française a bien du mal à trouver une régulation par le marché.

La crainte d'une nouvelle crise du lait accélérant la restructuration et la concentration de la production s'alimente à plusieurs sources. La source européenne en premier lieu. Depuis la décision d'en finir avec la régulation par les quotas en 2015, la filière française a bien du mal à trouver une régulation par le marché. La loi de modernisation agricole de 2010 a bien prévu des « organisations de producteurs » pour que les agriculteurs négocient les prix avec les transformateurs, seules neuf sont agréées dans le pays. Les anciennes structures, qui ont été retoquées par Bruxelles au nom de la concurrence libre et non faussée, servent toujours mais leur capacité juridique en est amoindrie... Et le syndicalisme majoritaire a beau réclamer une organisation de producteurs par bassin laitier (il y en a neuf en France) et par transformateur, on n'est pas à la veille d'y parvenir. Les industriels privés qui collectent du lait...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !