Le dossier qui a failli faire dérailler la majorité régionale

Le retrait in extrémis de l'article 19 de la convention TER avec la SNCF, qui prévoyait l'ouverture à la concurrence, permet à la majorité PS-PRG-DVG de conserver son unité. Prêts à servir de supplétifs en cas de défection d'une partie des élus de gauche, la droite et le centre boudent le débat. Le débat sur l'ouverture à la concurrence est reporté à plus tard...

bfc

La majorité PS-PRG-DVG a voté seule la convention TER qui organise les relations entre la SNCF et le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté jusqu'en 2025, moyennant une contribution annuelle de 240 millions. Le projet préparé depuis un an par le premier vice-président Michel Neugnot, également en charge des transports, prévoit des avancées pour les voyageurs qui ont été saluées par tous les groupes, nonobstant quelques critiques du FN, par exemple sur la suppression de l'arrêt des trains Dijon-Besançon à Franois. Il prévoit treize trains de plus cette année et vingt-quatre en 2019, soit 870.000 km supplémentaires par an et 10.000 places de plus par jour, des investissements sur les petites lignes comme celles des Hirondelles, des Horlogers, du Revermont, de la Bresse, entre Lure et Epinal...

Jusqu'à vendredi matin, le texte prévoyait un article 19 intitulé « Option relative à la mise en concurrence de certaines lignes du périmètre de la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !