« La sanction d’une perte de salaire n’est pas concevable »

« Nous avons toujours défendu le libre-arbitre des personnes. Avec l'obligation, des gens sont très mal, d'autres se font vacciner à contrecoeur », témoigne Laurence Mathioly, assistante sociale au CHU de Besançon et secrétaire du syndicat départemental SUD Santé-Sociaux du Doubs. Elle ne connaît pas la proportion des refus, mais si c'est 10% comme l'annonce la CGT de l'hôpital de Lons-le-Saunier, « on sera mal... »

Assistante sociale au Centre hospitalo-universitaire régional de Besançon, Laurence Mathioly est secrétaire du syndicat départemental SUD Santé-Sociaux du Doubs.

Quelles sont les actions menées au CHU depuis la loi du 5 août ?

Outre les manifestations du samedi, il y a un rassemblement chaque jeudi d'environ 200 personnes, organisé avec d'autres syndicats : CGT santé, FO et FSU qui n'est pas représentée au CHU mais nous avons voulu construire une intersyndicale interprofessionnelle. Cela touche les soignants, mais aussi d'autres secteurs professionnels.

Qui vient ?

Le jeudi, ce ne sont pas forcément des personnes que les responsables syndicaux connaissent ? Et le samedi il y a peu de militants...

Quelles sont les revendications ?

Essentiellement le refus des sanctions. A SUD, nous ne sommes pas contre la vaccination qui est un des moyens, mais pas le seul, de lutter contre le virus....

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !