La réforme agraire est dans les esprits

Le débat de l'assemblée générale de la Confédération paysanne du Jura portait sur la notion de modernité, décortiquée par une sociologue travaillant sur les paysans sans terre du Brésil, Yannick Sencébé. Elle évoque les impasses de l'idéologie du progrès linéaire qui conduit aujourd'hui à un « verrouillage socio-technique » bien tenu par l'industrie alors que l'enjeu du renouvellement des générations est crucial. 

cp39-

L'agriculture est une fois encore à la croisée des chemins. Elle comptait en France 10 millions d'actifs au sortir de la Second guerre mondiale, en 1946. C'est moins de dix fois moins aujourd'hui pour une population passée de 40 à plus de 65 millions d'habitants. Si d'ici 2050, l'agriculture qui représente 40% de l'emploi mondial, tombait au même taux que la France (3%) pour cause de remplacement du travail humain par des machines, il en résulterait la perte de 2,6 milliards d'emplois, a calculé Henri Rouillé d'Orfeuil, de l'Académie d'agriculture de France.

Dans le même temps, la hausse prévisible de la démographie conduirait à la nécessité de créer 3,8 milliards d'emploi… « Est-ce bien raisonnable de croire que l'industrie peut le faire ? », interroge Yannick Sencébé, enseignante-chercheuse en sociologie à Agro-Sup-Dijon, invitée lundi 18 mars à Montagu à l'assemblée générale de la Confédération paysanne du Jura qui lui avait...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !