La lassitude selon Antoine Page

En avant-première au petit Kursaal, le réalisateur bisontin a présenté Wesh Gros, un film sur une bande d'adolescents d'une petite ville du Nord. Sans projet, sans scénario ni beaucoup de mise en scène, la caméra au plus près de ses sujets, le film explore des moments de vérité. Entre l'ennui, les rires et les répétitions, un moment de grâce émerge... 

antoinepage

Antoine Page revendique l'absence de projet. « Je n'avais pas d'idée au départ, je ne crois pas aux grands sujets... » Il s'est pourtant posé, après tirage au sort, à Aniche, petite ville sinistrée du Nord. Son unique projet était d'y habiter et d'y vivre, alors il a loué un appartement, a pris son café au bar du coin, a vite noué connaissance... « Travailler comme ça donne une liberté incroyable, le temps d'essayer, d'échouer... »

Il n'avait pas d'idée, pas de scénario, mais une caméra. Il a fait la connaissance des ados qui squattent la place centrale tout juste refaite de 18 heures à minuit. Puis il a tourné. Beaucoup en plans fixes. Parfois la caméra tournait toute seule et il allait lire un bouquin sur les marches de l'église. Pas de projet mais un premier résultat montré mercredi 2 mars au petit Kursaal à près de 300 invités. Essentiellement des gens qui aiment ce qu'il fait. Qui ont adoré le superbe C'est assez bien d'être fou, un...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !