La Confédération paysanne veut faire entendre une autre voix sur la crise du lait

Le syndicat défend l'agriculture paysanne et suggère de diminuer l'effectif moyen des élevages de deux vaches pour contrer la surproduction, plutôt qu'accélérer la course à la compétitivité qui risque de supprimer 200.000 emplois... Il a mené une opération de communication devant un hypermarché bisontin à la veille de la démonstration de force de la FNSEA.

confg1

« Si la seule réponse à la crise, c'est l'investissement et se surendetter encore, on recommence dans deux ans ! » Porte parole de la Confédération paysanne du Jura, éleveur de montbéliardes à comté, Nicolas Girod est remonté contre le plan réclamé par le président de la FNSEA, Xavier Beulin, qui a demandé 3 milliards d'euros à François Hollande pour rendre plus compétitive l'agriculture française. Autrement dit, ajoute le Jurassien, « agrandir les fermes, ce qui mettrait 25.000 éleveurs sur la selette et entraînerait 200.000 chômeurs de plus. François Hollande est-il d'accord ? »

200.000 emplois ? Vraiment ? A 1,8 équivalent temps plein par ferme et quatre à cinq emplois induits (agro-alimentaire, contrôle laitier, insémination, machines...), le compte y est. « Ça fait quarante ans que ça dure, que les paysans suivent la FNSEA et la seule réponse proposée est l'élimination des éleveurs...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !