Hope : dans l’enfer des migrants

Prix du Public du festival Premiers Plans d'Angers, le premier film de fiction de Boris Lojline montre la face cachée, terrible, de l'immigration clandestine.

hope

La première fiction de Boris Lojkine, philosophe devenu documentariste parle de l’exil, de la violence des rapports humains, implacables même quand tout est perdu. De la face cachée de l’immigration clandestine comme on l’a rarement montrée. Au Festival Premiers Plans à Angers le film a obtenu le prix du Public. Le réalisateur a longuement parlé de sa démarche.

Elle s’appelle Hope. Elle marche dans le désert saharien comme de nombreux migrants pour atteindre les portes de l’Europe. Elle se fait passer pour un homme avant d’être démasquée, violée puis abandonnée à Tamanrasset par le groupe de Nigériens auquel elle appartenait. Sur la route, Léonard, un Camerounais lui vient en aide. D’abord méfiant, le jeune homme tombe amoureux. Ils se soutiennent et poursuivent leur traversée avec tout ce que les migrants endurent, le racket, les intimidations, la prostitution, la faim, les humiliations, la peur.

A Besançon...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !