« Hannah Arendt » ou comment filmer la pensée ?

Le film de Margarethe Von Trotta se concentre sur les quatre années de la vie de la philosophe Hannah Arendt (1961-64), correspondant à la période où elle a suivi le procès criminel d’Adolf Eichmann pour le New Yorker. C’est à ce moment là qu’elle a développé sa théorie de la «banalité du mal».

Le film de Margarethe Von Trotta se concentre sur les quatre années de la vie de la philosophe Hannah Arendt (1961-64), correspondant  à la période où elle a suivi le procès criminel d’Adolf Eichmann pour le New Yorker. C’est à ce moment là qu’elle a développé sa théorie de la «banalité du mal». Aussi, à chaque plan la cinéaste se (nous) pose la question : «comment filmer la pensée ?». Pour ce faire, l’image travaille sur l’opposition entre Hannah Arendt philosophe indépendante et Eichmann, un bureaucrate soumis à l’idéologie nazie qui devient par obéissance responsable de la logistique de la déportation des juifs. A son retour du procès, Hannah Arendt, philosophe juive allemande, va déclencher une véritable  polémique avec les articles et les livres qu’elle publie. Plutôt que décrire Eichmann comme un monstre, elle explique avoir rencontré un gratte papier...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !