Gray, le suicide d’un professeur ne passe pas

Originaire du Haut-Doubs, Franck Béarzi enseignait les SVT au lycée Cournot et présidait le comité de voile du Doubs. Ce pédagogue impliqué et apprécié s'est donné la mort après que son proviseur l'ait informé d'une plainte d'une élève le visant. Un CHSCT extraordinaire se tient le 3 juillet au rectorat.

Mardi 2 juin, à l'issue d'une journée à faire passer des oraux du bac, Franck Béarzi est convoqué par le proviseur du lycée Cournot de Gray où il enseigne les sciences de la vie et de la terre. Devant trois autres personnes, le proviseur lui indique avoir reçu les parents d'une élève l'accusant d'avoir peut-être échangé un baiser avec leur fille, alors en seconde, trois ans auparavant et en avoir informé l'inspection académique. Selon un communiqué des syndicats Sud-Éducation et Snes, la jeune fille et sa famille ont été auditionnées par les gendarmes qui n'auraient pas enregistré de plainte. D'après le rectorat, une plainte a été adressée au parquet par la jeune-fille. 

Franck Béarzi proteste, se défend de l'accusation. Il s'entend demander s'il adhère à la Fraternelle car il en aura besoin pour préparer sa défense... « Cela signifie que l'administration le laisse tomber », dit...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !