Frédéric Vuillaume, Gilet jaune ciblé par la répression, acquitté pour la troisième fois en un an

Frédéric Vuillaume est un Gilet jaune et syndicaliste bisontin de la première heure. Son rôle moteur et son engagement sont à l’origine d’un acharnement policier qu’il subit depuis plus de deux ans : 7 gardes à vue, une perquisition, 12 amendes et trois procès. Amnesty International, qui s’inquiète de la criminalisation des manifestants pacifistes en France, avait organisé un rassemblement de soutien devant le tribunal de Dijon ce 20 mai où il comparaissait pour délit d’attroupement. Pour la troisième fois en moins d’un an, il a été relaxé.

« C’est une victoire de la démocratie contre la répression policière et judiciaire », se réjouit Frédéric Vuillaume à la sortie du tribunal de Dijon ce matin du 20 mai. Il y est sorti le poing levé, entonnant un célèbre chant des Gilets jaunes dont il est une figure à Besançon et au-delà. Il vient d’être acquitté pour la troisième fois en moins d’un an. Il savoure cette nouvelle victoire devant ses soutiens, réunis à l’appel d’Amnesty International, qui a fait de son cas un symbole des menaces qui pèsent aujourd’hui en France sur la liberté de manifester, et de la section Doubs de son syndicat, Force Ouvrière.

Le bisontin était poursuivi pour délit d’attroupement suite à une manifestation contre la loi sécurité globale le 5 décembre à Dijon. Des affrontements éclatent, lui reste pacifiste mais déterminé comme à son habitude. Il tient un micro et une enceinte en bandoulière, une pancarte avec...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !