Denis Sommer : « les ordonnances ne contredisent pas le débat parlementaire »

Candidat LREM dans la troisième circonscription du Doubs, l'ancien syndicaliste vient de quitter le PS. Il entend porter au niveau national le dispositif « former plutôt que chômer » qu'il a contribué à bâtir avec les partenaires sociaux quand il était premier vice-président du Conseil régional de Franche-Comté.

Denis Sommer : « Quand certains, au PS, critiquent les engagements à gauche des uns et des autres, et que je regarde mon parcours, mes pratiques, je ne suis pas gêné ». (Photo d'archives Daniel Bordur)

Faisant partie de la première liste des candidats investis par LREM, Denis Sommer a aussitôt prévenu Nicolas Bodin, le premier fédéral du PS du Doubs, qu'il quittait le parti dont il a aussi été premier fédéral il y a quelques années. Maire de Grand-Charmont, conseiller régional et vice-président de PMA, Denis Sommer a été, lors du précédent mandat, premier vice-président du Conseil régional de Franche-Comté. Connu pour ses longues tirades, argumentées et passionnées, mais aussi ses interventions tonitruantes contre le FN, il brigue la succession du député LR Marcel Bonnot dans la troisième circonscription du Doubs.

Vous n'êtes plus au PS...?

Plus depuis longtemps... J'ai régularisé.

Vous avez été secrétaire du syndicat CGT de PSA-Sochaux, militant communiste, puis socialiste, et maintenant à LREM... Quel parcours ! Comment en expliquez-vous la logique et l'évolution ?

Cet entretien a eu lieu par téléphone...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !