Débrayage dans les hypermarchés de Noël

« Il y en a qui parlent de la fin du monde, nous de la fin du mois... » Comme plusieurs dizaines de ses collègues, Bruno Mateu a participé au mouvement national de débrayage d'au moins une heure lancé par la seule CGT.

cgt;carrefour

« Il y en a qui parlent de la fin du monde, nous de la fin du mois... » Bruno Mateu, délégué syndical CGT à Carrefour-Chalezeule, l'un des trois hypermarchés de l'agglomération bisontine, a le mot pour rire mais pas forcément le coeur à se réjouir. Comme plusieurs dizaines de ses collègues de Géant Casino à Chateaufarine et de son magasin, il a participé au mouvement national de débrayage d'au moins une heure, ce vendredi 21 décembre, pour « les salaires, l'emploi et les conditions de travail ». Réceptionnaire, il vide les camions dès 3 heures du matin : « J'ai 32 ans de boîte et je suis à 1.400 euros net. On demande 1.700 euros minimum... »Gagnant 1.200 euros pour 34 heures par semaine, « peut-etre 1.400 euros avec les primes », Eliane est assistante de caisse, « en fait assistante d'ordinateur »,...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement connectez-vous

Si vous ne possédez pas d'abonnement:

N'hésitez plus, Abonnez-vous !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

  1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif en savoir plus

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !