Chasseur de démons, la mission de Max

Max de Wasseige est l'exorciste du diocèse catholique de Besançon depuis vingt ans, quand l'archevêque Lucien Daloz lui en a fait la proposition. Une expérience proche du soutien psychologique et de l'accompagnement qu'il va arrêter en octobre.

max

Un exorciste ? Quand l'ancien archevêque de Besançon, Lucien Daloz, lui proposa cette mission en 1995, Max de Wasseige s'étonna : « J'avais mis le Diable au placard depuis longtemps ! » Ce franciscain à casquette et veste en cuir venait d'arriver de sa Belgique natale et avait fait sienne la boutade de Rainer-Maria Rilke : « Si mes démons doivent me quitter, j'ai peur que mes anges prennent aussi leur envol... » Il interrogea les frères dont il partage la vie à la Chapelle des Buis, sur les hauteurs de Besançon : « Ils avaient une expérience négative de cette mission. Ils m'ont cependant donné leur accord à condition que j'aie un bureau au Centre diocésain de Besançon et un téléphone privé afin de ne pas interférer sur la vie de la fraternité ».

Max de Wasseige a annoncé mi-août qu'il cessait ses fonctions d'exorciste. Il sera remplacé par M. Cachot, aumonier de... prison.

Dès...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !