Cassandra et Spartacus : une question de regard…

Loin de tout misérabilisme, le film de Ioanis Nuguet saisit de la parole des enfants et nous rappelle qu’au cinéma, ce qui compte c’est avant tout le regard porté sur le sujet.

-10

Spartacus et Cassandra sont deux enfants roms. Camille, trapéziste, les accueille sous un chapiteau qu’elle vient d’installer dans un bidonville.

Sur une image tremblante, la voix de Spartacus raconte : «  à un an je marchais déjà. A deux ans je mangeais de la terre, à trois ans mon père était en prison, à quatre ans je faisais la manche avec ma sœur, à sept ans je suis venu en France, à 9 ans j’ai rencontré Camille, à 10 ans, je me suis évadé d’un foyer, à 13 ans, on m’a fait quitter mes parents… »

D’emblée le spectateur découvre le campement où le chapiteau se dresse, sorte d’invitation à la poésie à deux pas d’une vie de misère. Très vite, on assiste à une discussion entre les enfants et leurs parents qui vivent et mendient dans la rue. La caméra ne lâche pas prise et va de la mère cueilleuse de muguet au...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !