Belfort : La bataille commence dans les usines General Electric

Après le comité d’accueil houleux réservé à Bruno Le Maire lundi, les salariés de General Electric ont décidé en AG jeudi de démarrer les actions. Ce vendredi matin, ils ont bloqué une turbine et un rotor qui devaient sortir du site. Dans les ateliers, c’est la grève du zèle. Chacun est appelé à suivre rigoureusement les protocoles, et donc de à ralentir la production. L’intersyndicale a appris pendant le blocage que le gouvernement indique ne pas avoir ne se donnera pas les moyens d’annuler le plan de licenciement ni de retarder le début du processus qui devrait s'enclencher le 17 juin. Eux ne veulent pas négocier un plan jugé obsolète après les propos du ministre et exigent que la direction étudie les pistes de diversifications avant de licencier.

blcageturbinege

Rien à voir avec le convoi long de plus de 100 mètres qu’ils avaient accompagné gentiment et avec fierté le 21 mai avant l’annonce du plan de licenciement. Ce 7 juin au matin, les salariés de General Electric (GE) étaient tout aussi fiers. Mais cette fois, ils ont bloqué pendant quelques heures une turbine, plus petite, mais 91 tonnes tout de même, ainsi qu’un rotor. De quoi certainement retarder le transport de ces deux convois exceptionnels jusqu’à mardi, et infliger des pénalités de retards à GE. « Cela fait partie des modes d’action que l’on va progressivement mettre en place », annonce Fabrice Chirat de la CGT près de la table où sont posés deux grosses thermos qui ravitaillent les 300 personnes mobilisées, au moins, presque toutes salariées de GE. « La direction met en place des réunions de soutien psychologique, on préfère des groupes de discussion ici, autour d’un café. D’autant que les managers en profitent pour repérer les plus...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !