Accident du travail à Valdahon : « une impression de bricolage » pour le juge…

Il y a bientôt trois ans, un ouvrier du bâtiment, salarié d'un sous-traitant de l’entreprise Ruggeri, tombait de quatre étages en 2016 sur un chantier et perdait l'usage d'un bras… Comparaissant devant le tribunal correctionnel de Besançon pour blessures involontaires, le directeur de Ruggeri a reconnu sa responsabilité. 

Le 21 juillet 2016 Yuksel Albay chute du quatrième étage d’un chantier à Valdahon. Un garde-corps mal fixé serait à l’origine de sa chute, lui coûtant quatre mois d’ITT (incapacité temporaire de travail). Ce vendredi 7 juin, Philippe Jacquot, directeur de l'entreprise Ruggeri qui emploie 45 salariés et réalise un chiffre d’affaires d’environ 7 millions d’euros, comparaissait pour blessures involontaires avec incapacité supérieure à trois mois par la violation d'une obligation de sécurité et mise à disposition de matériel ne préservant pas la sécurité du travailleur.

 « Je reconnais ma responsabilité… c’était un accident imprévisible », déclare Philippe Jacquot avant d’ajouter : « après l’accident j’ai fait changer tout le matériel ». «  Le tribunal fait part d’une impression de bricolage », confie le juge. Le prévenu désapprouve cette impression.

Vient le tour de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !