Téhéran Tabou, un film qui brise les tabous qui musèlent l’Iran

Tourner un film en Iran est de plus en plus compliqué. Depuis Persepolis, admirable film de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, on sait désormais que le cinéma d’animation permet aux cinéastes de réaliser leurs films à l’étranger pour éviter la censure.

teheran4

Téhéran Tabou fait suite à de nombreux films iraniens à l’instar de Ceci n’est pas un film tourné discrètement dans un appartement et Taxi Teheran du même cinéaste Jafar Panahi, film réalisé avec des petites caméras dans un taxi. En citant ce cinéaste, plusieurs fois emprisonné - avec en 2010 une interdiction de filmer pendant vingt ans - on parle de la partie la plus visible de la cinématographie iranienne. Car de nombreux cinéastes rusent chaque jour pour réaliser leurs films : depuis le chef de file Abbas Kiarostami jusqu’à récemment Ida Panahandeh, tous se battent pour tenter de parler de ce qui gangrène la société iranienne.

Le cinéma d’animation iranien

Tourner un film en Iran est de plus en plus compliqué. Depuis Persepolis, admirable film de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud, on sait désormais que le cinéma d’animation permet aux cinéastes de réaliser leurs films à l’étranger pour éviter la...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !