« Quand on a ouvert le service en 2008, j’étais content d’aller travailler. Aujourd’hui… »

Les réquisitions préfectorales du personnel des urgences de l'hôpital de Lons-le-Saunier, apportées de nuit par des gendarmes, sont très mal vécues par les intéressés et leurs familles. Alors qu'un nouveau préavis de grève nationale est posé pour le 6 juin dans les services d'urgences du pays, le docteur Eric Loupiac, délégué du Jura de l'association des médecins urgentistes de France, dit sa lassitude et sa colère : « Aujourd'hui, on ramasse les jeunes, que se passera-t-il quand les anciens craqueront ? »

smur

Médecin urgentiste à l'hôpital public de Lons-le-Saunier, Eric Loupiac est délégué départemental de l'AMUF-CGT. Il avait rendez-vous lundi 3 juin avec la direction de l'Agence régionale de santé (ARS) à qui il avait réclamé l'ouverture d'une négociation sur la situation dramatique locale. Des infirmières ont appris, en étant réveillées en pleine nuit par des gendarmes, qu'elles étaient réquisitionnées pour travailler dès le matin alors qu'elles devaient être en repos...

Parmi les points que vous entendiez remettre en cause, il y avait cette très contestée proposition de fermeture de la seconde ligne de SMUR...

Oui. L'ARS a proposé à la place d'embarquer 300 kg de matériel, un demi-mètre cube, dans l'ambulance des sapeurs pompiers au moment de partir en intervention... Ce n'est pas envisageable. On ne fait pas d'urgences sans être prêt ! Les véhicules prêts à partir ont été inventés par les pompiers de Paris en...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !