« Profession du père » : mythomane

« C’est un film d’enfant compatissant », confie le réalisateur Jean-Pierre Améris, qui dirige Benoît Poelvoorde en tyran domestique.

Profession du père ? Sans. Mythomane, c’est impossible à écrire dans le questionnaire de début d’année, à l’école. Pas une profession ça. Tyran domestique ? Pas une profession non plus. Pourtant, mythomane et tyran domestique, c’est bien ce qu’il est ce paternel incarné par Benoît Poelvoorde dans « Profession du père », un film de Jean-Pierre Améris, adapté d’un roman de Sorj Chalandon (sortie le 28 juillet).

Maître incontesté au sein de l’appartement familial, ce père affabulateur s’invente une vie, des vies, des amis, des exploits, qu’il raconte en boucle à son fils Emile (joué par le jeune Jules Lefebvre), à qui il met de drôles d’idées dans la tête. Le gamin gobe tout, croit dur comme fer aux histoires de son paternel, même les plus invraisemblables. Prêt à tout pour lui faire plaisir, le fiston écrit à la craie le nom des généraux rebelles, Salan et...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !