Lumières d’Afrique : les comptes obscurs d’un festival

Pas d'assemblée générale pendant trois ans, rapports financiers incomplets, statuts contournés... Les critiques internes de la gestion de l'Association pour la promotion des arts et des cultures d'Afrique ont été adressées aux financeurs publics. Seule la ville de Besançon a réagi...

lumieredafrique

Une dizaine de membres de l'Association pour la promotion des arts et des cultures d'Afrique, dont la manifestation phare est le festival de cinéma Lumières d'Afrique, mettent en cause la gestion de l'ancien président, Gérard Marion. Passionné par le Cameroun, cet énergique cadre de banque est l'emblématique cheville ouvrière de l'événement. Lors de la dernière assemblée générale, le 5 mai, il a abandonné la présidence après 10 ans de mandat, et est désormais vice-président tout en demeurant directeur du festival.

Les « dissidents » ont expliqué dans un communiqué les raisons de leur désengagement de l'édition 2014 qui s'est tenue du 8 au 16 novembre. Co-fondateurs de l'association pour les uns, programmateurs de compétitions du festival pour certains, tous bénévoles, ils indiquent notamment que « le fonctionnement de l'APACA ne correspond plus aux règles de la vie associative » et...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !