L’état du monde au Festival international du film de la Rochelle

Les œuvres présentées lors de la 44e édition de ce festival sans paillette ni palmarès étaient sur le fil ténu qui joint - ou distingue ? - la fiction et le documentaire. Signe des temps ? De Des Nouvelles du cosmos à Léa, d'Avant la rue aux Mémoires du sous-développement, de Masculin Féminin (photo ci-contre) de Jean-Luc Godard, restauré, à l'hommage à Wiseman...

Jean-Pierre Léaud, Chantal Goya et Catherine Duport dans Masculin Féminin, de Jean-Luc Godard.

Le Festival international du Film de la Rochelle qui s'est tenu du 1er au 10 juillet est un festival de cinéphiles. Pas de tapis rouge. Pas de strass. Pas de compétition. Des films. Des rencontres avec les réalisateurs. Des discussions entre cinéphiles.

Ici et ailleurs

Cette 44e édition fut largement éclairée par l’idée de regard porté sur le monde avec une programmation de films inédits présentés en avant-première. La sélection « Ici et ailleurs » révèle chaque année des films où l’Histoire dessine à l’écran des fresques, des destins, des portraits dans l’interférence des images.

Les œuvres présentées cette année (est-ce un signe du temps ?) étaient sur le fil entre fiction et documentaire. Car la frontière entre les deux est fragile : souvent le réel interfère, s’immisce dans la fiction tout comme la fiction trouve sa place dans ce que l’on nomme documentaire. Par exemple dans certaines séquences...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !