Les cinémas kurdes se rencontrent à Pontarlier

Le ciné-club Jacques-Becker innove en proposant de découvrir un territoire et différents cinéastes qui travaillent, créent en jouant à saute-frontière, deviennent réfugiés ou reviennent d'exil.

vodka_lemon-1002-1000085917

Le ciné-club Jacques-Becker, habitué à présenter l’œuvre intégrale d’un seul cinéaste, propose pour cette 75è édition des Rencontres de croiser les regards de plusieurs réalisateurs sur le Kurdistan, tout en explorant l’œuvre de Hiner Saleem en sa présence. Ce qui permet aux spectateurs, à la lecture des films, d’avoir une réflexion sur une multiplicité de regards, et, de se recentrer ensuite sur l’œuvre très singulière d’un cinéaste.

Cette programmation consacrée aux cinémas kurdes révèle une situation géopolitique complexe. Tous les films s’emparent d’une histoire douloureuse où le tracé des frontières impose des limites en contradiction avec les aspirations des peuples.

Le programme et les horaires en cliquant là.

Mardi soir, le film documentaire Der Imker (L’apiculteur) a fait l’ouverture de la manifestation : c’est...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !