Le Doubs s’assoit sur 1,8 million d’euros

Un nouveau dispositif d'aide à domicile pour les personnes âgées diminue le ticket modérateur pour 900 d'entre elles. Mais en l'adoptant, le Conseil départemental n'a pas eu un mot pour évoquer l' « anomalie » que constitue, selon la Chambre régionale des comptes, la surcompensation attribuée durant trois ans à la fédération ADMR. Les difficultés de financement de l'aide à domicile avaient provoqué une grève en avril à Eliad (photo).

En avril dernier, des salariées d'Eliad observaient une journée de grève pour dénoncer un projet de moindre remboursement des frais kilométriques... A l'époque, Christine Bouquin qui venait d'être élue présidente du Conseil départemental, avait dit son souci pour la continuité et la qualité du service. Photo d'archives.

C'est l'arbre qui cache la forêt. En adoptant un nouveau mode de financement de l'aide à domicile des personnes âgées à compter du 1er janvier 2016, le Conseil départemental du Doubs améliore un système expérimental, instauré en 2011 sous le vocable de Contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens (CPOM). C'est en effet une réelle avancée de permettre à 900 personnes supplémentaires de voir réduit leur reste à charge de 4 ou 5 euros de l'heure à environ 0,40 euro. Il remet aussi un peu d'équité dans le financement des différents services mandataires qui n'étaient pas traités à la même enseigne.

Il ne va cependant pas au bout de la logique en passant complètement sous silence une observation de la Chambre régionale des comptes qui avait relevé que ce système avait conduit à sur-doter la fédération départementale ADMR de 1,8 million d'euros sur trois ans pendant que six des huit autres services autorisés tiraient la langue en...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !