Le cinéma, le monde et la censure

Pendant que le CNC annonce ne plus aider les films dont les acteurs toucheraient plus de 990.000 euros, des cinéastes malien, iranien, égyptien, chinois... rusent avec les lois, coutumes ou situations chaudes de leur pays pour filmer la vie...

timbuktu

Le monde du cinéma est curieux. Depuis quelques jours on ne parle que de la nouvelle mesure du CNC visant à verser des aides aux films uniquement si le salaire des acteurs ne dépasse pas 990.000 euros, décision assortie de réactions comme celle de François Cluzet : « Affreux, épouvantable, il va falloir vivre en province et se nourrir dans les fast food », a déclaré non sans ironie l’acteur sur le petit journal de Canal + (Salaire de Cluzet 3,14 millions d’euros pour Intouchables).

Si le septième art génère du rêve et des excès, en contrepoint, loin des paillettes et de la presse people, des cinéastes, prennent des risques, se battent pour réaliser leurs films, s’exilent parfois et tournent dans l’insécurité. C’est à ces femmes et ces hommes, croisés dans les récents festivals et lors de débats publics, que nous devons les grands moments de cinéma de cette fin d’année.

L’Afrique de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !