« La vie comme elle vient » et comme elle va

Dans ce joli film, le cinéaste brésilien Gustavo Pizzi fait l’attachant portrait d’une famille heureuse malgré tout.

viecomme

C’est une famille où il y a « toujours du bruit, toujours du mouvement » que l’on suit dans le film du cinéaste brésilien Gustavo Pizzi, « La vie comme elle vient » (« Benzhino », sortie le 26 décembre). On est emporté dans le tournis de cette petite tribu, avec celle qui fait tourner la baraque, Irene, la mère jouée par la formidable actrice Karine Teles, également coscénariste de ce récit avec son ex-mari Gustavo Pizzi.

Tantôt énergique tantôt mélancolique, mais jamais bien longtemps, Irene fait avec une maison en pas si bon état, un mari qui s’emballe pour des projets improbables, une sœur mal mariée, et quatre enfants (que des garçons, dont les jumeaux du couple Pizzi et Teles) dont l’aîné va partir à 17 ans jouer dans une équipe de hand, en Allemagne. Lorsque son grand fils annonce son départ prochain, Irene garde quand même le sourire alors qu’elle a probablement envie de pleurer ; sur son...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !