La Belle et la Meute ou la prise de conscience d’une jeune tunisienne

Lors d'une promenade avec son amoureux, une jeune femme est embarquée par des policiers qui abusent d'elle... Sorti récemment en salle, le film de Kaouther Ben Hania sera en compétition au Festival Lumières d’Afrique qui se tient du 11 au 19 novembre à Besançon et propose plus de 60 films, fictions et documentaires.

belle

La Belle et la meute s’inspire d’un fait divers de 2012. A l’issue d’une soirée en boite, lors d’une promenade amoureuse sur la plage, une jeune femme tunisienne, Mariam, est interpellée par un groupe de policiers qui l’entraîne dans un véhicule de service et la viole. Elle s’enfuit ensuite abandonnant son sac à main dans la voiture. Ce fait divers a donné lieu à un livre intitulé Coupable d’avoir été violée écrit par la victime sous le pseudonyme de Meriem Ben Mohamed.

La bureaucratie patriarcale

La Belle et la meute, de la réalisatrice Kaouther Ben Hania suit le trajet haletant de Mariam qui essaie de faire reconnaître le viol dont elle est la victime. Elle ne peut être accueillie dans une clinique privée parce qu’elle n’a plus de papiers d’identité. Par ailleurs, pour porter plainte, il faut un certificat de l’hôpital public. De l’hôpital, où personne ne veut l’examiner, aux différents commissariats où les...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !