Besançon : la crise des migrants aggrave la crise municipale

Lors d'une conférence de presse destinée à démontrer que la Ville est « toujours solidaire », la première adjointe Danielle Dard (LREM), en charge du social, a refusé de reconnaître que Solmiré répond à des besoins non satisfaits par les dispositifs institutionnels. La réunion de municipalité du 22 janvier sur le sujet a été houleuse...

daniele-dard

C'est à une conférence de presse de crise à laquelle la première adjointe au maire de Besançon, Danielle Dard, a convié mardi 30 janvier plusieurs journalistes dont l'auteur de ces lignes. Une crise qui couve depuis l'automne 2016. A cette époque, le maire fait installer des vasques de béton sous l'auvent où des migrants avaient installé des tentes. Elle prend un tour plus aigu en novembre 2017 quand le collectif Solmiré emmène sur le parvis de la mairie les poubelles non ramassées du campement Isembart. Elle éclate quand Solmiré investit rue d'Arène un local de la Saiemb, inoccupé depuis deux ans, pour créer le Bol d'R, un accueil de jour pour personnes ne rentrant pas complètement dans les stricts clous des dispositifs officiels régentant la vie des migrants. La réponse de la Saiemb, en fait de Jean-Louis Fousseret, avait été une procédure d'expulsion contre Solmiré.

Lors du conseil municipal du 7 décembre, le maire avait d'emblée annoncé des...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !