Banque alimentaire : précarité des moyens également

Avec son réseau de près de cinquante associations, son partenariat avec quinze Centres communaux d'action sociale, l'organisme fondé en 1987 à Besançon fait face à l'appauvrissement de la population. L'Union européenne a remis en cause une partie de ses ressources.

banque_alim_2

« Près de 120 tonnes d'aliments en plus à trouver et une réorganisation de l'activité de collecte », telles seront les conséquences de la chute du budget européen PEAD (voir encadré ci-dessous) pour la Banque alimentaire Doubs-Haute-Saône-Territoire-de-Belfort. Arnaud Hincelin, son délégué général, ajoute que cette baisse ne met pas en péril l'activité de la plate-forme des Prés-de-Vaux à Besançon, mais qu'elle compromet celle d'autres banques alimentaires et d'autres organisations caritativesLa Banque alimentaire du Jura à Champagnole (la plupart des bénéficiaires sont pourtant à Dole et Lons) assure plus de la moitié de son approvisionnement avec des fonds d'aide européens. Le Secours populaire à Besançon en dépend pour 80%. .  

Le Programme Européen d'Aide au plus Démunis deviendra Fonds Européen d'Aide aux plus Démunis en 2014 et connaitra une coupe budgétaire de 40%. Créé en 1987 de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !