LREM hésite à se maintenir à Besançon, ville clé pour le parti

Le parti présidentiel a subi à Besançon une cuisante défaite en terminant derrière la droite aux premiers tours de ces élections municipales improbables. Éric Alauzet n’a pas su rassembler son parti et a dû affronter une candidate dissidente, ancienne référente départementale LREM et soutenue par le maire, l’un des premiers soutiens de Macron.

20200211_102609

Le parti présidentiel misait beaucoup sur Besançon pour asseoir son ancrage politique dans les territoires. C’est raté. Et l’enjeu y était important, car la cité comtoise était la seule ville de plus de 100 000 habitants, avec Lyon, à être administrée par un maire LREM. Éric Alauzet, député du Doubs et candidat investi par le parti, n’a obtenu que 18,9 % des voix, moins que ce qu’il pouvait espérer, et surtout, dans cette ville historiquement très liée à la gauche, derrière la droite…

Alors bien sûr, le contexte national et le rejet de LREM a joué, accentué par ses propres déclarations d’il y a un an, quand il disait que les « les retraités d’aujourd’hui font partie d’une génération dorée ». Cela lui a beaucoup été reproché et n’a pas été oublié par les électeurs. Tout comme ses vagabondages partisans à l’origine du surnom que ses opposants usent à excès : la girouette.

Membre des Verts, Éric...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !