Ligne Belfort-Delle-Suisse : Marie-Guite Dufay craint une « rupture des relations diplomatiques »

Les Suisses s'impatientent fort de la réouverture de la ligne ferroviaire et la présidente de région s'en fait le relai. Au Conseil économique, social et environnemental mardi, les débats sur les transports ont occupé une large part de la séance plénière. Ils précèdent les décisions du Conseil régional vendredi. Les patrons s'inquiètent des surcoûts de la ligne tandis que la CGT déplore la fermeture de 34 lignes régionales les week-ends et jours fériés.

Jean-François Robert, président du Conseil économique, social et environnemental

Les transports sont une des compétences majeures de la Région. Le Conseil régional affichait lors du vote de son budget à la mi-décembre une priorité pour le ferroviaire. Le CESER  se prononce sur des rapports et des avis qu'il vote et transmet pour éclairer les décisions politiques du Conseil régional. Personnalités choisies par le Préfet mais aussi représentants de la société civile, des syndicats et des employeurs s'y expriment dans des commissions (communications, formation, économie-emploi, finances, territoires, cadre de vie et société) et en séances plénières. « Des investissements ont été faits pour le bus dans le Territoire-de-Belfort. Ils devraient suffire à irriguer la zone. » Jean-Pierre Benoît, au nom des chefs d'entreprise, s'alarme des coûts de réalisation et de fonctionnement à venir pour la réouverture de la ligne de train Belfort-Delle-Suisse. Le plan de financement a été porté de 64 millions...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !