La «trahison éthique» de l’affaire Cahuzac

Une soixantaine de militants et sympathisants de gauche participaient lundi soir à Besançon à une réunion d'introspection politique. Invités à réfléchir un an après l'élection de François Hollande et «l'ambiance très lourde» au sommet de l'Etat, ils sont sonnés.

epi_2

P { margin-bottom: 0.21cm; } «Quand la gauche est au pouvoir, elle est en panne d'idée !» C'est sur ce constat qu'EPI, espace politique d'innovation a été fondé il y a douze ans par des Bisontins engagés à gauche, encartés ou non au PS, pour soutenir par la réflexion collective Paulette Guinchard qui venait d'entrer au gouvernement de Lionel Jospin. Exceptionnellement le débat de ce lundi a eu lieu sans présentation préalable d'expert. Les échanges ont témoigné de beaucoup de dépit, de désarroi même, du maintien pour certains d'une espérance dans l'action du président de la République et de sa majorité. La crainte a été exprimée d'un vote sanction aux prochaines municipales. L'invitation mentionnait « une ambiance très lourde, trop lourde ». Invités à réagir d'un mot, les 60 participants se lâchent : «chaotique, déception, impasse, trahison, gâchis, espérant, moins de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !