La résistible percée de l’extrême droite parmi les Gilets jaunes bisontins

L'interpellation d'un activiste bisontin dit Sanglier, soupçonné d'avoir participé au saccage de l'Arc de triomphe, ou la présence dans les cortèges et sur certains ronds-points de quelques nostalgiques du nazisme ou de proches de Soral et Dieudonné, ne doit pas faire oublier que personne ou presque ne sait qui ils sont. Et quand ils sortent du bois, ils sont rarement bienvenus. 

sanglier

L’extrême-droite radicale de Franche-Comté s’intéresse au mouvement depuis ses débuts. Elle y marque, davantage qu’un soutien de forme, une présence physique discrète mais réelle. Par cette désignation, il faut entendre les individus et affinités qui se considèrent comme plus « durs » que le Front national, souvent violents dans les propos et les actes. On compte ainsi plusieurs grandes familles telles que les identitaires, les ultranationalistes, et bien sur les néonazis.

Dans les balbutiements des premiers appels à la mobilisation sur les ronds-points, on trouvait ainsi dès le 17 novembre à Chalezeule un certain Sanglier… Cet ancien légionnaire s’illustrera plus tard en étant accusé d’avoir participé au saccage de l’arc de Triomphe, le 1er décembre à Paris, et dans la suite pour la possession d’armes et de drapeaux du IIIe Reich retrouvés à son domicile. Le quarantenaire s’est fait connaître sur Besançon, naviguant entre...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !