Jean Rosselot : « s’il y a une liste dissidente, je l’écrase »

Chef de file de l'opposition municipale depuis 2001, Jean Rosselot (UMP) flingue ses colistiers dans un entretien à La Presse bisontine accordée avant l'élection du président de l'UMP. Il persiste et chambre Jacques Grosperrin...

Jean Rosselot

C'est la distribution de baffes. Jean Rosselot joue les pères fouettard de la droite bisontine en flinguant presque tous ses colistiers. Galant, il commence par trois femmes qui lui ont "claqué dans les doigts", Mireille Péquignot, Martine Jeannin et Catherine Gelin qui "n'avaient pas ancré en elles le sentiment fort de loyauté qu'elles devaient à leur tête de liste". Il règle son compte à Michel Omouri taxé "d'ingratitude". Et même à Jacques Grosperrin qui n'est pas conseiller municipal et fait figure de possible tête de liste pour 2014. Si l'ancien député a "une expérience et une image", il a surtout "un retard à combler dans la connaissance des dossiers municipaux" et "doit se préoccuper davantage du sort de la ville".Les seuls qui semblent avoir grâce à ses yeux sont les anciens giscardiens de l'UMP, Pascal Bonnet et Jean-Marie Girerd. Le premier est candidat depuis...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !