« Je suis allé à Paris pour opposer une manifestation à l’interdiction de manifester »

Benoît Maillard-Salin voulait « défier pacifiquement l'autorité de l'Etat » car il considère « illégitime l'interdiction de manifester ». Ce militant bisontin n'accepte pas que l'état d'urgence soit « utilisé pour criminaliser les mouvements sociaux ».

Benoît Maillard-Salin : « Environ 80 personnes ont essayé de forcer le passage avec des projectiles, dont des bougies. Les CRS auraient pu les encercler et faire la distinction avec les pacifistes. Ils ont balancé des gaz sur toute la place. » Photo d'archive

Le bisontin Benoît Maillard-Salin était à Paris dimanche 29 novembre avec trois amis pour participer à la mobilisation de la société civile dans le cadre de la COP21. Il s'est retrouvé dans la manifestation, interdite dans le cadre de l'état d'urgence instauré après les attentats du 13  novembre. « Bousculé et secoué » par les échauffourées avec les policiers, mais ni interpellé ni placé en garde à vue, il témoigne de ce qu'il a vu. Militant du Parti de gauche, il s'exprime ici à titre personnel. Il a publié textes, photos et vidéos sur son compte Facebook, ici.

Comment êtes-vous allé à Paris ?

En covoiturage jusqu'en banlieue, puis en RER et en métro. On a accédé sans problème à la place de la République où on était entre 5000 et 10.000. Il y avait aussi une chaîne humaine entre Oberkampf et Nation, avec 4500 personnes selon la police et 10.000 selon les organisateurs.

Qui a lancé...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !