« Il y a une repolitisation et une appropriation des pratiques de lutte »

Secrétaire académique de la FSU de Franche-Comté de 2006 à 2010, l'ancien instituteur jurassien Springsfields Marin est toujours un militant actif, notamment dans la transmission. De la longévité du mouvement social à la perspective politique apparemment bouchée, de l'unité inédite de l'intersyndicale aux relations avec les Gilets jaunes, son analyse incite à l'ouverture et à la volonté.

Springsfields Marin dans la manifestation du 24 janvier à Lons-le-Saunier. (photo DB)

Tout le monde ou presque dans le Jura l'appelle Pef. Militant syndical de longue date, Springsfields Marin parle à tout le monde. Avant les manifs, il va discuter avec les policiers qu'il tutoie : il a eu certains comme élèves... Il est à l'aise aussi bien avec les Gilets jaunes que dans une réunion en préfecture, pendant une assemblée générale de grévistes ou lors d'une action d'interpellation d'élus se rendant aux vœux de la vice-présidente de l'Assemblée nationale, Danièle Brûlebois (LREM) qui fut sa collègue...

Il a fait ses classes syndicales dans le vieux Syndicat national des instituteurs de la FEN, le SNI, qui fut un vivier de militants socialistes avant et pendant Mitterrand. Pef était pour sa part dans la tendance Ecole émancipée, pionnière de l'anarcho-syndicalisme à sa création en 1910 et partie prenante de la scission de la FEN de 1992 qui débouchera sur la création de la FSU. « J'ai été minoritaire dans la FEN et au cœur de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement connectez-vous

Si vous ne possédez pas d'abonnement:

N'hésitez plus, Abonnez-vous !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

  1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif en savoir plus

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !