Dans le Doubs aussi, les médailles « Gilets jaunes » de la police posent question

Mediapart avait révélé que certains nominés aux médailles de la sécurité intérieure, promotion exceptionnelle « Gilets jaunes », étaient mis en cause dans des affaires de violences policières au retentissement national. Dans cette liste de 9000 noms figurent plusieurs agents de la préfecture du Doubs, comme le préfet, des fonctionnaires de gendarmerie ou de police, dont le chef de la BAC de Besançon. Au niveau local, il apparait que certains médaillés potentiels ne sont pas au-dessus de tout reproche... Nous détaillons ici des cas de violences et de mensonges, à la veille d’une manifestation intersyndicale de policiers qui dénoncent des conditions de travail dégradées et une sollicitation extrême.

medailles-violence-police

Cet été, le ministre de l’Intérieur a signé un décret instituant une « promotion exceptionnelle médaille de la sécurité intérieure “gilets jaunes” ». Plus de 9000 noms sont cités, un chiffre beaucoup plus élevé que prévu initialement et qui vise à saluer largement l’engagement des forces de l’ordre durant ce mouvement social, inédit par sa durée et son intensité. Parmi eux, des fonctionnaires de police ou de gendarmerie opérant à Besançon distingués par cette médaille « destinée à récompenser les services particulièrement honorables, notamment un engagement exceptionnel, une intervention dans un contexte particulier, une action humanitaire ou l’accomplissement d’une action ponctuelle ou continue dépassant le cadre normal de service ».

Une pluie de « médailles de la honte »

L’information initiale avait été révélée par Mediapart le 17 juillet dernier, provoquant une...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement connectez-vous

Si vous ne possédez pas d'abonnement:

N'hésitez plus, Abonnez-vous !

Pourquoi Factuel.info est payant ?

  1. C'est un journal indépendant des pouvoirs économiques, financiers et politiques
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif en savoir plus

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !