Besançon : un vote « la tête sur le billot »

Le conseil municipal a adopté la « contractualisation » financière sur trois ans avec l'Etat qui oblige les collectivités à participer au désendettement du pays. Ont voté pour les groupes LREM, UDI, MoDem et une majorité de socialistes pourtant réticents. On a compté 22 abstentions là où le maire en a vu 19, émanant des groupes EELV, PCF, LR, Patriotes et trois socialistes... Fousseret s'est agacé : « Si des adjoints se sentent mal, qu'ils le disent... »

cmvote

Sous les mandats Sarkozy et Hollande, les collectivités déploraient la baisse des dotations de l'Etat. L'actuel conseil municipal a d'ailleurs voté une motion de protestation à l'intention de François Hollande. Cela n'a pas empêché la ponction de 24 millions sur les finances municipales entre 2014 et 2017... Cette fois, la potion amère de Macron est carrément considérée comme perverse par ses détracteurs. Le dispositif imaginé au sommet de l'Etat, dans la forteresse de Bercy, ne laisse pas de réel choix de le refuser en votant contre. « Ce serait accentuer les difficultés » dira le communiste Christophe Lime.

De quoi s'agit-il ? 322 collectivités du pays (dont les régions, les départements, les villes de Besançon et Belfort, les agglos de Besançon et Montbéliard) sont invitées à s'engager d'ici fin juin à ne pas augmenter leurs dépenses de fonctionnement de leurs budgets 2018, 2019 et 2020 de plus de 1,2% par an. Comme c'est à peine moins...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !