Besançon : la tranquillité publique en pensant au terrorisme

Le conseil municipal vote ce lundi soir la nouvelle convention de partenariat entre police municipale et police nationale. Ainsi qu'une stratégie de sécurité à cinq ans qui prévoit 26 nouveaux postes de policiers municipaux. La possibilité de leur armement n'est plus « tabou »...

danielepoissenot

Le conseil municipal de Besançon doit adopter ce lundi 19 janvier la nouvelle convention de coordination entre les polices nationale et municipale. Il s'agit d'un document d'une quinzaine de pages destiné à renouveler la convention signée en 2009, ayant succédé à la première convention de ce type, signée en 2000 en application de la loi Chevènement du 15 avril 1999 sur les polices municipales.

Le texte y aborde curieusement la question de l'armement des policiers municipaux. L'article 3 sur la répartition des missions stipule que « les agents de la police municipale ne sont pas dotés d'armes à feu (catégories A ou B), ils sont équipés de générateurs d'aérosols et de bâtons de défense (catégorie D). Mais l'article 12 sur les informations mutuelles semble ouvrir la porte à la possibilité d'armer les policiers municipaux : « le maire informe le préfet du nombre d'agents de police muncipale affectées...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !