Besançon : 300 personnes protestent contre les garde-à-vues de trois syndicalistes

Le secrétaire de l'UD-CGT du Doubs, Cyril Keller, un chercheur de la fac des sciences, Philippe Henry, et un étudiant en sciences humaines ont passé quelques heures au commissariat jeudi après la manifestation contre la loi El Khomri.

manifpref

Environ 300 personnes se sont rassemblées sous une pluie fine, vendredi 25 mars à 13 heures, devant la préfecture de Besançon pour protester contre le placement en garde-à-vue de trois militants syndicaux parmi lesquels le secrétaire de l'UD CGT du Doubs, Cyril Keller, jeudi, plusieurs heures après le défilé essentiellement estudiantin demandant le retrait du projet de loi El Khomri. On reconnaît des responsables CGT de toute la région, les secrétaires des UD du Territoire-de-Belfort et du Jura, de Peugeot-Sochaux. Ils réclament l'abandon des poursuites. Marc Pautot, de la CGT-Énergie, a lu une grave et brève déclaration dénonçant des « arrestations sommaires » et dont voici l'essentiel :

« La France est-elle encore une république où chaque citoyen peut exercer pleinement ses droits d'expression ? Les pouvoirs publics doivent être les garants de l'état de droit et avant tout assurer la protection de chacun pour qu'il exerce son droit à manifester...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !