Acte 12 des Gilets jaunes à Besançon : la stratégie de la tension

Un millier de manifestants ont défilé le 2 février dans la capitale comtoise. Au premier fumigène lancé vers la préfecture, la réaction des forces de l'ordre a été immédiate et massive. Un street-médic touché à la tête par une balle de défense a été protégé par son casque… Des journalistes ont été visés... 

gj12-1

La mobilisation a débuté dès l'aube, ce samedi 2 février à Besançon, par une nouvelle occupation du rond-point de Chalezeule. Ils étaient une quarantaine à se retrouver dans la bonne humeur, amenant banderoles et palettes pour se réchauffer. L’entrée du centre-commercial est alors un moment bloquée, parallèlement à une une action similaire à l’encontre la centrale logistique Easydis.

La manifestation est quant à elle programmée pour 14 heures place de la Révolution, où ils ne sont encore que quelques centaines à l’heure dite. Un appel à rejoindre Strasbourg ainsi que la percée du vin jaune sur Poligny ont sans doute minimisé la participation par rapport aux épisodes précédents. Cette fois, aucun barrage filtrant n’accueille les gilets jaunes qui peuvent aller et venir sans fouille préalable.

Outre les revendications concernant la hausse du pouvoir d’achat et un renouveau démocratique, le thème de cette édition...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !