Philippe Poutou, l’ouvrier candidat qui ne veut pas être élu

Pour le candidat du NPA en meeting à Besançon devant 300 personnes après une étape à Sochaux, « l'anticapitalisme commence par la critique ». Il estime que les mobilisations sociales sont plus déterminantes que les élections pour changer la vie.

poutou

Ils sont environ 300 ce mardi 28 mars à avoir investi le petit Kursaal de Besançon pour entendre le seul « ouvrier candidat » de l'élection présidentielle, Philippe Poutou. C'est deux fois moins que lors de la campagne présidentielle de 2012 où le parterre du Grand Kursaal était plein, se souvient un ancien du NPA passé à Ensemble, une formation qui soutient Jean-Luc Mélenchon.

A la tribune , Lucie ne fait pas la fine bouche en ouvrant le meeting : « On est content, on a eu une couverture médiatique quasi nulle ou marquée par un certain mépris ». Elle râle un peu contre « la municipalité PS-Macron qui a imposé une société de sécurité ».

A ses côtés, l'un des dix-neuf gardés à vue de la Saint Valentin, Jean-Baptiste, étudiant en première année de lettres qui avait participé à la fameuse action de blocage du conseil d'administration de l'université. « Mes attentes d'une faculté émancipatrice ont été biaisées par les...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !