Mini-festation interdite par le préfet à Lons-le-Saunier : deux gardes à vue…

A l'appel de gilets jaunes et de militants de gauche, une trentaine de personnes se sont retrouvées en trois points de la ville alors que les rassemblements revendicatifs ont été interdits la veille… Un collectif citoyen, le PCF, EELV et ATTAC estiment que « la position du préfet pose la question des conditions de la reprise d'une vie démocratique normale ». A Dole, une trentaine de personnes se sont réunies devant l'hôpital.

A l'appel de gilets jaunes et de militants de gauche et du mouvement social, une trentaine de « mini-festants » se sont rassemblés en trois points de Lons-le-Saunier ce samedi 16 mai en début d'après-midi au lieu de la dizaine initialement prévue. L'interdiction des rassemblements revendicatifs de plus de deux personnes par le préfet du Jura, décidée par un arrêté non encore publié à l'heure où nous écrivons cet article, a eu raison d'une affluence qui aurait vraisemblablement été plus importante. 

Erratum

Sur la foi d'un témoignage de « mini festant », nous avons initialement écrit qu'il y avait eu trois gardes à vue. En fait il n'y en a eu que deux, l'une des trois personnes interpellées n'ayant pas été embarquée.

Quoi qu'il en soit, un important dispositif policier, positionné entre le centre-ville et le quartier populaire de la Marjorie, a bloqué les « 17 personnes portant masques, observant les distances...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !