La résistible ascension de Marine Le Pen à Besançon

Il serait exagéré de parler de vague bleu marine à Besançon. En voix, la candidate FN retrouve tout juste le niveau de son père il y a dix ans. Elle fait surtout moins que le total FN-MNR en 2002.

VoteBesac_2012-04-24_a_23-33-36

Il serait exagéré de parler de vague bleu marine à Besançon. En voix, la candidate FN retrouve tout juste le niveau de son père il y a dix ans : il en avait obtenu 6111 en 2002 (14,2% des exprimés, 9,8% des inscrits), elle ne fait pas mieux avec 6150 suffrages (11,9% des exprimés, 9% des inscrits). Elle fait surtout moins que le total FN-MNR (7008 voix), Bruno Mégret ayant obtenu 897 voix en 2002 (2%). Certes, elle augmente le score 2007 de Jean-Marie Le Pen (4135 voix, 7,6% des exprimés, 6,1% des inscrits), mais est loin du vote d'extrême droite de 2002 quand Lionel Jospin avait été éliminé du second tour. 

Le FN prospère en milieux péri-urbain et rural Si en milieu urbain, et particulièrement à Besançon, le vote FN plafonne, il continue son ascension dans le péri-urbain et le rural. Jean-Marie Le Pen était en tête en 2002 à Burgille avec 43 voix sur 183 exprimés, sa fille le reste avec 82 voix pour 291 exprimés. Ce village situé à 20...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !