La gauche bisontine débat bilan, analyse et stratégie

C'est encore tôt pour préparer les élections municipales de 2020 (ou 2021), d'autant qu'il y aura les européennes avant. Mais alors que la majorité municipale tangue comme jamais, ce n'est pas trop tôt pour discuter, y compris publiquement, d'accords et de désaccords. C'est ce qu'ont fait mercredi 25 avril des militants PCF, LFI, Génération.s, PS et EELV.

g

On pourrait résumer par le petit bout de la lorgnette les près de trois heures du débat entre cinq personnalités de la gauche bisontine, mercredi 25 avril dans la petite salle Haag du quartier de Montrapon, auquel une petite cinquantaine de personnes a assisté. On pourrait relever par exemple que Claire Arnoux a lâché « il n'y aura jamais de convergences entre la France insoumise et le PS », avant de modérer son propos une heure plus tard en réaction à quelques critiques en forme de procès en sectarisme : « si un jour le PS redevient de gauche, on en reparlera... »

Autrement dit, pas question d'insulter l'avenir. Reste que la question même d'un avenir, en l'occurrence un avenir municipal après les élections de 2020 (ou 2021), se pose pour la gauche à Besançon, au-delà des petites phrases. La défection de treize élus municipaux, dont, excusez du peu, le maire Jean-Louis Fousseret et le député Eric Alauzet, passés à LREM, donc à droite pour...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !