La fête au « tribunal arbitraire » à Besançon

Près de 600 personnes ont assisté à une conférence militante sur le Grand marché transatlantique qui se négocie entre la Commission européenne et les USA. Philosophie du projet, risques pour les services publics et les collectivités locales, les réunions de ce type se multiplient et ont à chaque fois davantage de succès.

renaudlambert

Un succès espéré après un flop redouté ! C'était « ambitieux » d'organiser la conférence du collectif Stop-TAFTA de Besançon au Grand Kursaal, dit sa porte-parole Claire Arnoux. C'est réussi au point qu'il a fallu ouvrir le balcon. « C'est rare de voir une salle comble comme ça, c'est à la mesure des enjeux », souligne Renaud Lambert, journaliste au Monde diplomatique, qui ouvrait le bal. De fait, 600 personnes, c'est le double de Rennes pourtant plus grande. Au petit jeu des ratios, ce serait proportionnellement moins que 100 personnes venues écouter Frédéric Viale à Lons-le-Saunier le 23 avril, moins que les 150 s'étant déplacées le 20 novembre à Saint-Claude pour entendre Raoul-Marc Jennar venu la veille à Lons, il y a un an à Besançon et Pontarlier.

Le TAFTA, ou Grand marché transatlantique pour Renaud Lambert qui préfère le français, fait se déplacer des petites foules et donne un air de...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !