Alain Bihr : ne pas vendre la peau de Marx

Alain Bihr fréquente Marx depuis 1968 sans discontinuité. A l'invitation du Collectif pour des Alternatives au Capitalisme (CAC), il intervenait jeudi à Besançon sur le thème des « rapports sociaux de classe ». Professeur des universités et membre du laboratoire de sociologie et d'anthropologie de l'Université de Franche-Comté, il se qualifie lui-même de « marxiste libertaire », loin des régimes du « socialisme réel ».

Alain Bihr

Alain Bihr ne redécouvre pas Marx. Il le fréquente depuis 1968 sans discontinuité. A l'invitation du Collectif pour des Alternatives au Capitalisme (CAC), il intervenait jeudi à Besançon sur le thème des « rapports sociaux de classe ». Professeur des universités et membre du laboratoire de sociologie et d'anthropologie de l'Université de Franche-Comté, il publie juste un ouvrage sur le sujet dans une « collection d'intervention ».« Si vous voulez faire carrière, faites référence à Marx pour dire que vous êtes en désaccord avec lui sur tel ou tel point. Peu de gens ont vraiment lu Marx. C'est plutôt : untel parle d'untel qui dit avoir lu tel passage de Marx. » D'emblée Alain Bihr avance : « le marxisme je suis tombé dedans jeune et me suis forgé une grille d'analyse une fois pour toutes. Mais je me réclame d'un marxisme exigeant. Les formules marxistes doivent être comprises comme...

L'accès à l'article intégral est réservé aux abonnés.

Si vous possédez un abonnement, connectez-vous :

Pourquoi Factuel Info est payant ?

  1. C'est un journal sans publicités, indépendant des pouvoirs économiques, etc...
  2. Son projet éditorial consiste à publier juste plutôt que juste publier
  3. C'est un journal participatif En savoir plus
Voir nos offres d’abonnements

Newsletter

Lisez la Lettre de Factuel

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !