• « J’ai froid jusqu’au bout des rémiges »

    mms_20171122_171547

    Le chanteur bisontin Pascal Mathieu a plusieurs fois croisé la route d'Anne Sylvestre qui nous a quittés récemment. Elle suivait son travail depuis le milieu des années 1980 et le Printemps de Bourges. En 2004, elle fut la marraine du « Festival des Mots qui Sonnent et des Musiques Emparolées » qu'il avait créé au Théâtre Bacchus à Besançon. Il raconte pour Factuel ce compagnonnage artistique.