Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

verbatim

/ La rédaction

Lors d’une conférence que Factuel.info avait organisée en partenariat avec Radio BIP le 27 février, Raphaël Kempf, avocat pénaliste, était revenu sur l’histoire des lois scélérates adoptées en France en 1893 et 1894. Dans son ouvrage Ennemis d’État, les lois scélérates des anarchistes aux terroristes, il retrace les effets de ces lois adoptées après une vague d’attentats terroristes et qui visent, non pas les poseurs de bombes, mais la propagande, la liberté d’expression et celle de la presse. Nous avons retranscrit ces propos, qui résonnent d’une manière particulière aujourd’hui.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Les hôpitaux de toute la région se préparent tant bien que mal à affronter en Franche-Comté la vague imminente de patients infectés par le Covid-19. Gilles Blasco, coordinateur des risques infectieux au CHRU de Besançon, préfère ne pas s’attarder sur les polémiques pour se concentrer sur l’organisation et l’augmentation des capacités, même si comme tous les soignants, il regrette les pénuries de matériels. Le Pr Laurent Thines, chef du service de neurochirurgie, sera aussi sur le pont, mais lui ne se prive pas d’un avis très critique envers le gouvernement, en évoquant une catastrophe sanitaire et un scandale d’État.

Accès libre

/ Guillaume Clerc

Encore sous le choc de l’annonce par General Electric de supprimer 1 044 postes en France, presque tous à Belfort, les syndicalistes engagent maintenant le combat et préviennent qu’il sera difficile de canaliser toutes les colères des salariés, qui étaient d'ailleurs pour beaucoup en congés quand ils ont appris la nouvelle. Les syndicats dénoncent encore une fois les mensonges du ministre de l’Économie, qui a justifié le plan social à l’Assemblée nationale, et une probable volonté de fermer à terme complètement le site de production de turbines à gaz de Belfort.

Accès libre

/ Invité.e.s

Motion relative au maintien de la gouvernance associative des Missions locales et au renforcement de leurs complémentarités avec Pôle emploi déposée par les Groupes Socialiste et Société civile républicaine, Europe Écologie Les Verts et Société civile, Parti Communiste Front de Gauche, Société civile, et La République en Marche progressiste et Société Civile du conseil municipal de Besançon.

Accès libre

/ La rédaction

Martha Rojas-Urrego, la secrétaire générale de la Convention internationale sur les zones humides, dite Ramsar, était mercredi à dans le Haut-Doubs à Labergement-Sainte Marie pour la première journée du neuvième séminaire de l'association Ramsar-France. Elle considère que la sauvegarde des zones humides peut largement contribuer aux objectifs de l'Accord de Paris...

/ Daniel Bordür

L'ancien secrétaire de la CGT de Peugeot-Sochaux expliquait dans une conférence donnée à Besançon sa vision de l'avenir du syndicalisme. Décryptant le mécanisme qui a fait perdre à la CGT sa première place dans le privé, il pense que « le point bas est passé » et que « le pire est derrière nous ». Un optimisme pas partagé par les militants d'Ensemble qui l'invitaient...

/ La rédaction

Exhortant les électeurs de l'opposition républicaine à participer à la primaire de la droite et du centre, sans indiquer sa préférence, le président du groupe UDI-LR du Conseil régional de Franche-Comté a aussi invité à voter « les déçus de la gauche et ceux qui ont été trompés par le gouvernement Hollande ».

/ La rédaction

Le premier fédéral du Doubs, Nicolas Bodin, désapprouve le recours du 49.3 pour faire passer le projet sans vote. Le député Frédéric Barbier avait, lundi 9 mais, soit avant l'annonce du passage en force, des mots très durs pour un texte qui « favorise des accords à la carte pour chaque entreprise en marginalisant les accords de branche ». Le député écologiste Eric Alauzet n'aurait pas voté la loi, mais n'approuvera pas la censure.

Pages