Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

entretien

/ Daniel Bordür

L'ancienne gare routière de Lons-le-Saunier est occupée depuis le 9 janvier par Julien Da Rocha, militant associatif, activiste libertaire et gilet jaune... Les tentatives policières de l'en déloger ont échoué, mais la visite d'un huissier présage d'une action judiciaire pour l'expulser. En attendant, plus de cent personnes ont rendu visite à un lieu qu'il envisage comme un vecteur de solidarité et d'éducation populaire, complémentaire des mobilisations syndicales.

/ Daniel Bordür

A la veille de la première journée nationale de l'année contre le projet du gouvernement, le secrétaire départemental de la CGT du Jura Richard Dhivers sent parmi les militants « une volonté de ne pas laisser passer » la réforme. Son homologue de la FSU Nathalie Pszola a retrouvé à la rentrée des enseignants « avec une conscience plus aigüe de ce qui va se passer avec la réforme ». Reste que des salariés du privé ne sont pas mobilisés « à la hauteur de l'enjeu ». A la caisse de grève des cheminots s'est adjointe une caisse de grève des enseignants…

/ Danièle Secrétant

Le journaliste ivoirien, Fidèle Goulyzia, sort un premier roman, Tchapalo Tango (Éditions Captiot). Un roman dans lequel Paul Stokely, nom de plume d'un journaliste qui pourrait être le frère jumeau de Fidèle Goulyzia, doit fuir son pays, le Dougoutiana. Magouilles politiques, compromissions, sexe, monde du journalisme… Pour couronner le tout : un attentat. Paul Stokely a sans doute trop remué la vase. On lui fait porter le chapeau ! Dans un entretien à Factuel, il revient sur son Itinéraire, de la Côte d'Ivoire à Besançon. Itinéraire d'un journaliste, vers le monde du roman.

Accès libre

/ Danièle Secrétant

Mon père, ce tueur. Il faut être très courageux, ou poussé par une absolue nécessité, pour écrire ce genre de récit-témoignage, qui n’a laissé que très peu de place à la fiction, dit Thierry Crouzet. Mon père était un tueur, annonce-t-il avec calme, avec même un certain étonnement dans la voix. Tel qu’il en parle, il ne s’agit pas d’un psychopathe, il s’agit d’un homme à la personnalité complexe embarqué dans une histoire elle aussi complexe : la guerre d’Algérie. Il s’agit de l’histoire partielle d’une lignée d’hommes portés vers la violence, de génération en génération.

Accès libre

/ Daniel Bordür

L'adjoint à l'urbanisme de Besançon, tête de file du PS qui a interrompu les discussions avec le reste de la gauche, souhaite des clarifications sur la forme et le fond. Par exemple sur la double fonction de maire et président de l'agglo, ou encore sur l'économie ou l'évolution des Vaîtes…

/ Daniel Bordür

Les réquisitions préfectorales du personnel des urgences de l'hôpital de Lons-le-Saunier, apportées de nuit par des gendarmes, sont très mal vécues par les intéressés et leurs familles. Alors qu'un nouveau préavis de grève nationale est posé pour le 6 juin dans les services d'urgences du pays, le docteur Eric Loupiac, délégué du Jura de l'association des médecins urgentistes de France, dit sa lassitude et sa colère : « Aujourd'hui, on ramasse les jeunes, que se passera-t-il quand les anciens craqueront ? »

/ Daniel Bordür

Très engagée dans Alternatiba-Besançon depuis sa création il y a quatre ans, la jeune femme s'est fait au mot « militant » qu'elle n'appréciait alors pas beaucoup. A la veille de la seconde Marche pour le climat, elle explique comment la démission de Nicolas Hulot du gouvernement a fait venir des nouveaux dans le mouvement dont la priorité locale numéro un est l'arrêt de l'artificialisation des terres… 

/ Michèle Tatu

Le réalisateur de L'Epoque explique son choix de ne filmer que des jeunes : « L’adulte est le point de vue normal, comme l’est l’homme blanc ou l’Occident. J’essaye d’apprendre à faire sans. Car à quoi aurait pu servir la vision des adultes sur des sentiments que le temps leur a fait oublier ? »

Factuel présente deux projections exceptionnelles du film en Franche-Comté : jeudi 16 à 20h30 à Besançon, vendredi 17 à 20h15 à Poligny.

Accès libre

Pages