Abonnez-vous maintenant

Pour lire tous les articles du Journal et créer votre blog à partir de 7€/mois

Economie

/ Daniel Bordür

L'affaire du soja transgénique livré à son insu à un producteur de lait à comté, faucheur volontaire d'OGM, a provoqué de vifs échanges lors de la session plénière de la chambre d'agriculture du Doubs. Le président Daniel Prieur a fustigé ceux qui « amènent la suspicion » sur les AOC». Réponse de Gérard Coquard : « Je n'aime pas les sous-entendus, la Conf' est visée alors qu'elle a énormément travaillé pour l'AOC ».

/ Daniel Bordür

Livrer 600 kg d'un complément alimentaire contenant 25% de soja transgénique à un éleveur produisant du lait à comté était « une erreur commerciale ». C'est ce que nous a indiqué hier, par téléphone, Bernard Humbert, directeur commercial de Néolait, l'entreprise d'Yffiniac (Côtes-d'Armor) qui a fourni la semaine dernière un sac de Néovo Masch C50 à Jean-Paul Henry, paysan anti OGM à Grand-Combe-des- Bois, qui voulait un produit facilitant la digestion des veaux sevrés.

/ Daniel Bordür

«Quand le ski alpin gagne 1% de skieurs par an, le fond en perd 3%. A ce rythme, il n'y aura plus de fondeurs avant qu'il n'y ait plus de neige». Cette boutade de Frédéric Berlioz, de l'observatoire de développement et d'ingénierie touristique, illustre assez bien la situation de la filière nordique. Parce que situés en moyenne montagne, de nombreux sites sont menacés par le réchauffement climatique.

/ Daniel Bordür

Le projet franco-suisse d'une AOC « bois du Jura » a pris du retard. Déposé le 17 novembre 2004 à Paris auprès de l'INAO (institut national des appellations d'origine) et à Berne auprès de l'OFAG (Office fédéral de l'Agriculture), le dossier a rencontré quelques obstacles. Institutionnel en Suisse, politico-administratif en France. Rien de rédhibitoire, mais de quoi sérieusement ralentir des procédures longues par nature.

Pages